Services aux enfants présentant une dysphagie

Une équipe multidisciplinaire

Afin de traiter adéquatement la clientèle atteinte de dysphagie, l'intervention d'une équipe multidisciplinaire et complémentaire est essentielle. Les interventions peuvent être initiées par les thérapeutes des programmes-clientèles du CRME et, au besoin, l'enfant est référé à la clinique de dysphagie du CRME.

La clinique a une équipe composée des membres suivants :

  • médecin,
  • infirmière1,
  • nutritionniste,
  • ergothérapeute,
  • orthophoniste,
  • psychologue,
  • inhalothérapeute.

Au sein du programme-clientèle, les intervenants élaborent, en collaboration avec la famille, un plan d'intervention. Ils assurent un soutien et un suivi personnalisés à l'enfant et sa famille.

Alimentation adaptée

Une modification de la texture des aliments et de la consistance des liquides s'impose afin d'éviter les aspirations. Généralement, la gradation des textures va des aliments réduits en purée aux aliments hachés, puis aux aliments mous et écrasables pour enfin arriver à l'alimentation régulière. Selon les besoins de l'enfant, les liquides doivent être épaissis pour avoir la consistance du nectar, du miel ou du pouding.

Il n'y a toutefois pas de régime-type. L'alimentation doit être adaptée à chaque enfant selon son état de santé général, ses préférences, sa tolérance et sa capacité à gérer les aliments dans la bouche.

Rôle de la nutritionniste

En dysphagie, le rôle de la nutritionniste est :

  • d'évaluer l'état nutritionnel de l'enfant en tenant compte de l'état de santé de l'enfant, de son évolution staturo-pondérale et de différents autres signes cliniques;
  • de déterminer les besoins énergétiques, protéiques, hydriques de l'enfant et ses besoins en vitamines et en minéraux;
  • de déterminer la voie d'alimentation appropriée :
    • par voie orale : en collaboration avec l'ergothérapeute, la nutritionniste détermine les textures et les consistances sécuritaires;
    • par voie entérale (directement dans l'estomac) : la nutritionniste détermine la formule nutritive appropriée, ainsi que la quantité et la vitesse d'administration permettant de combler les besoins nutritionnels;
  • d'élaborer un plan de soins nutritionnels;
  • de former et de soutenir les parents.

La nutritionniste assure également le suivi nutritionnel de l'enfant :

  • suivi et interprétation des mesures anthropométriques (poids, taille, rapport poids/taille), des analyses de laboratoire et du bilan biochimique;
  • évaluation des apports alimentaires et ajustement du plan de soins nutritionnels en conséquence;
  • en collaboration avec les autres membres de l'équipe de dysphagie, évaluation de la déglutition lors d'observations de repas et ajustement de la texture des aliments et de la consistance des liquides;
  • vérification de la présence de nouveaux signes et symptômes influençant la prise alimentaire et les apports nutritionnels.

Rôle de l'ergothérapeute

En dysphagie, l'ergothérapeute commence par évaluer les habiletés fonctionnelles qui affectent la capacité à avaler, à s'alimenter de manière autonome ou à être alimenté. Ensuite, elle détermine et met en œuvre un plan de traitement et d'intervention ergothérapique dans le but de favoriser une autonomie optimale de l'enfant et de sa famille. Plus spécifiquement, elle observe et analyse l'activité du repas.

Son rôle est :

  • d'évaluer la posture la plus fonctionnelle pour manger et boire de façon sécuritaire et efficace;
  • d'évaluer les fonctions orales motrices nécessaires à l'alimentation; elle évalue, entre autres, les réflexes oraux, la mobilité, le tonus, la force musculaire des lèvres, des joues, de la langue et du palais mou impliqués dans l'alimentation, l'aspect sensoriel et la qualité de la respiration.
  • d'évaluer, en collaboration avec la nutritionniste, les textures et consistances les plus sécuritaires selon les capacités orales motrices de l'enfant;
  • d'évaluer les capacités motrices de la personne à s'alimenter : habilité à tenir un ustensile, à amener les aliments et le verre à la bouche; l'ergothérapeute recommande les tétines, suces, biberons, ustensiles et verres les plus appropriés pour l'alimentation.
  • en collaboration avec les autres membres de l'équipe, elle contribue à l'évaluation de la déglutition ou à d'autres requis d'évaluations diagnostiques (ex. vidéofluoscopie) lorsque cela est recommandé pour l'enfant.

L'ergothérapeute assure le suivi de l'enfant  afin de maintenir et d'améliorer les capacités orales motrices lors de l'alimentation. C'est en utilisant la répétition et la gradation d'apprentissages spécifiques que l'on permet le développement des habilités nécessaires à l'alimentation.

Lorsque l'enfant est alimenté par voie entérale, l'ergothérapeute évalue le mécanisme péri-oral et suggère des stimulations en vue de développer les prérequis à l'alimentation.

Rôle de l'orthophoniste

En dysphagie, l'orthophoniste joue un rôle dans le dépistage des troubles de la déglutition et de l'alimentation, l'évaluation et l'intervention.

Pour ce qui est du dépistage, le rôle de l'orthophoniste est :

  • de reconnaître les signes cliniques de la dysphagie (ex. : changement de voix, étouffements, toux…);
  • de relever les éléments du langage et de la parole qui constituent des facteurs de risque de trouble de la déglutition ou de dysphagie (ex. : trouble de voix, paralysie des cordes vocales).

Pour ce qui est de l'évaluation, le rôle de l'orthophoniste est :

  • de participer à l'évaluation de la dysphagie;
  • d'évaluer l'intégrité et le fonctionnement des structures anatomiques impliquées dans les processus de parole et de déglutition;
  • de juger de l'efficacité des mécanismes de protection des voies respiratoires;
  • de recommander et de procéder à une évaluation plus approfondie au besoin (ex. : vidéofluroscopie).

Pour ce qui est de l'intervention, le rôle de l'orthophoniste est :

  • d'expliquer la problématique au parent, de le conseiller et de l'outiller;
  • en étroite collaboration avec l'équipe interdisciplinaire, de choisir l'approche la plus appropriée (ex. : modifier les textures des aliments, recommander des exercices oro-moteurs et favoriser une bonne hygiène buccale, s'assurer d'un bon positionnement, recommander des manœuvres compensatoires…);
  • de s'assurer que le plan de traitement mis en place tient compte de toutes les problématiques de l'enfant; en effet, les exercices visant à améliorer la déglutition ont également un impact sur la parole.
À propos de cette page
Mise à jour le 8 juin 2015
Créée le 16 janvier 2015
Signaler ou faire une remarque

Donnez pour qu'ils recoivent !

La Fondation Mélio s’est donné comme mission de permettre aux 5 000 enfants suivis au Centre de réadaptation Marie Enfant, ayant une déficience motrice et/ou de langage d’améliorer leur autonomie, en soutenant la recherche en réadaptation et en finançant la création, l’aménagement et le développement des services spécialisés du CRME.

514 723-8950

Nous contacter

514 374-1710

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

Centre de réadaptation Marie Enfant