• English

Aider l’enfant dans le développement de ses habiletés sociales

Août 2011

Mon enfant a de la difficulté à se faire des amis, il est souvent isolé. Il dit qu’il est trop gêné pour aller vers les autres. J’aimerais pouvoir l’aider mais je ne sais pas comment m’y prendre…

Plusieurs enfants ressentent de la gêne à l’idée de rencontrer de nouveaux amis. D’autres ont de la facilité à entrer en contact mais semblent malhabiles dans leurs interactions et vivent souvent des conflits avec leurs amis. Ainsi, malgré que leur attitude soit très différente, ces enfants ont tous besoin de soutien pour favoriser le développement de leurs habiletés sociales.

Le terme « habiletés sociales » réfère aux capacités de l’enfant à aller vers les autres, à maintenir des relations sociales et à résoudre des conflits. Ces capacités s’acquièrent graduellement au fil des expériences et se consolident jusqu’à l’âge adulte. Il est donc important d’offrir à l’enfant des opportunités de contacts avec les autres et de le soutenir dans ses expériences afin qu’elles s’avèrent positives.

En raison de déficiences motrices ou langagières, les relations interpersonnelles peuvent être plus exigeantes pour l’enfant d’où l’importance d’être outillé, comme parent, afin d’offrir un soutien adapté. En voulant aider leur enfant, certains parents le surprotègent ou à l’opposé l’exposent à des situations sociales qui vont au-delà de ses capacités. Voici des stratégies pour aider votre enfant à se faire des amis et à maintenir des relations harmonieuses.

Si votre enfant éprouve de la gêne à l’idée d’aller vers les autres, vous pouvez :

  1. Normaliser les réactions de votre enfant
    Il importe de mentionner à votre enfant qu’il n’est pas le seul à éprouver de la gêne ou de l’anxiété à l’idée d’entrer en contact avec un nouvel ami. C’est normal d’être un peu gêné ou anxieux devant une nouvelle personne. Vous pouvez également utiliser un exemple personnel et raconter cet événement à l’enfant pour le sécuriser (ex : il m’est déjà arrivé de me sentir gêné quand…).
  2. Éviter de commenter les difficultés de l’enfant en sa présence
    Certains parents ont tendance à prévenir les nouvelles personnes que leur enfant est gêné. Dans ce cas, il s’avère encore plus intimidant pour l’enfant d’initier une interaction puisque toute l’attention devient centrée sur lui. Malgré que l’intention soit bonne, cette attitude risque d’exacerber le problème plutôt que de l’atténuer. Il serait préférable de soutenir votre enfant dans ses efforts aussi minimes soient ils afin de l’encourager à entrer en relation plus spontanément.
  3. Faire des mises en situation avec votre enfant
    Vous pouvez pratiquer différents scénarios à l’aide de personnages, de figurines ou de marionnettes, pour lui permettre d’apprendre comment aller vers les autres et entrer en contact. Le but est d’amener l’enfant à pratiquer ce qu’il devrait faire et ce qu’il pourrait dire. On peut profiter de cette pratique pour lui rappeler certains éléments de base, comme regarder l’autre dans les yeux, s’approcher doucement, parler assez fort, bien écouter, etc. Vous pouvez également vous amuser à trouver des questions pertinentes à poser à un ami. Enfin, l’enfant peut avoir besoin que vous lui donniez l’exemple ou que vous serviez de modèle afin de savoir comment aborder une autre personne ou réagir à une situation précise.
  4. Fixer des petits objectifs à atteindre, étape par étape, en augmentant graduellement le degré de difficulté
    Après avoir pratiqué avec vous, votre enfant est maintenant prêt à s’exercer en situation réelle. Vous pouvez, avec votre enfant, identifier les situations sociales les plus fréquentes et les classer en ordre de difficulté, c’est-à-dire cibler les plus faciles pour débuter. Le niveau de difficulté peut varier en fonction de la situation ou de la personne à qui l’enfant s’adresse. Il est sécurisant de débuter les exercices avec l’entourage de l’enfant et de l’encourager pour chaque tentative et petites réussites, cela l’aidera à prendre confiance en ses moyens. Avant de passer à un exercice plus exigeant, vous devrez vous assurer que votre enfant est prêt. Puis, comme parent, vous devrez graduellement diminuer votre implication afin de favoriser le plus possible l’autonomie de votre enfant.
  5. Offrir à l’enfant l’opportunité de vivre des situations sociales diversifiées
    En famille, entre amis, à l’école et dans les loisirs, il est important de favoriser les contextes dans lequel l’enfant pourra se pratiquer à entrer en relation. Les habiletés sociales se raffinent au fil des expériences.

Si votre enfant vit souvent des conflits avec ses amis, vous pouvez :

  1. Être à l’écoute de votre enfant
    Vous devez être disponible pour écouter et discuter des conflits en aidant votre enfant à identifier le problème qu’il rencontre et l’émotion ressentie.
  2. Aider l’enfant à se calmer
    En situation conflictuelle, vous devez demeurer calme et éviter de vous approprier les émotions de votre enfant. Vous pouvez plutôt lui proposer des moyens pour l’aider à se calmer (ex : respirer profondément, se retirer, écouter de la musique, dessiner, faire du sport). Plusieurs stratégies peuvent être tentées pour cibler celle qui est la plus efficace pour votre enfant.
  3. S’assurer que l’enfant connaît des stratégies de résolution de problèmes
    Vous pouvez discuter avec l’enfant des stratégies qu’il connaît et lui en proposer des nouvelles si nécessaire. Par exemple, le tour de rôle, le tirage au sort et le partage sont des solutions à privilégier puisque le résultat est positif pour les deux enfants.
  4. Accompagner l’enfant dans la recherche d’une solution
    Vous devez explorer avec votre enfant les solutions envisageables et celles qui ne le sont pas. Peu importe le problème ou l’émotion vécue, il est important que l’enfant essaie de trouver lui-même des solutions afin de constater qu’il en est capable. Si, malgré les tentatives de l’enfant, le problème persiste, vous pouvez le guider vers les personnes susceptibles de l’aider. Comme parent, vous devez soutenir l’enfant dans sa réflexion plutôt que lui donner directement la solution.

Il importe de vous rappeler que votre soutien est important pour votre enfant. Ce dernier apprendra en vous observant et en vivant ses propres expériences. Aidez-le à les rendre positives et agréables et surtout, montrez-lui toute votre fierté envers ses efforts !

Remerciements

Nous remercions mesdames Anne Moïse-Richard, orthophoniste et Josée Laganière, psychologue au Programme des Troubles de la Communication pour leur collaboration à la production de cette capsule. Ces professionnelles ont élaboré le programme d’intervention le « Club des Super Amis » visant l’amélioration des habiletés sociales de l’enfant et offrent des formations aux intervenants au Centre de réadaptation Marie Enfant.

À propos de cette page
Mise à jour le 9 juin 2015
Créée le 16 janvier 2015
Signaler ou faire une remarque

Donnez pour qu'ils recoivent !

La Fondation Mélio s’est donné comme mission de permettre aux 5 000 enfants suivis au Centre de réadaptation Marie Enfant, ayant une déficience motrice et/ou de langage d’améliorer leur autonomie, en soutenant la recherche en réadaptation et en finançant la création, l’aménagement et le développement des services spécialisés du CRME.

514 723-8950

Nous contacter

514 374-1710

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

Centre de réadaptation Marie Enfant