• English

Aimer sans tout permettre

Décembre 2008

Aimer son enfant c’est l’aider à devenir un adulte responsable. Pour ce faire, il est indispensable de lui fixer des règles et des limites qui doivent être respectées à la maison. L’encadrement est en effet à la base de l’éducation, et si on le lui explique dans un langage adapté à son âge, l’enfant comprend que tout n’est pas permis.

Les principes à respecter sont les suivants:

  • L’enfant doit savoir ce qui est permis ou défendu et pourquoi.
  • Les limites doivent être claires et constantes. Elles doivent être appliquées de façon systématique et non selon notre humeur ou notre fatigue.
  • Si une conséquence s’avère nécessaire, elle doit être immédiate et adaptée à l’âge et à la compréhension de l’enfant (par exemple, pour un enfant de quatre ans, quatre minutes de réflexion assis sur une chaise).
  • Il est important que les parents soient solidaires et cohérents en ce qui concerne les règles et les limites.

Les repas

Le repas est une activité importante de la vie quotidienne. C’est pourquoi l’enfant doit apprendre très tôt à respecter les règles qui s’y appliquent. N’oubliez pas que vous êtes un modèle pour l’enfant; il imitera vos gestes et vos attitudes.

À partir d’un an, l’enfant mange assis à la table (chaise haute, chaise d’appoint). Afin que les repas en famille se déroulent le mieux possible, respectez quelques principes de base.

  • Prévenez l’enfant que le repas sera prêt dans un délai déterminé, par exemple 5 minutes, afin de lui laisser le temps de terminer son activité.
  • Organisez les repas selon une routine (heure fixe, même endroit).
  • Attribuez à l’enfant une place précise autour de la table.
  • Confiez-lui de petites responsabilités selon ses capacités (ex. : mettre le couvert, ramasser sa vaisselle).
  • Créez une atmosphère conviviale qui favorise les contacts et la communication en évitant les distractions telles que la télévision ou la radio. 

Le coucher

Le sommeil est indispensable au développement de l’enfant. C’est en effet pendant qu’il dort que:

  • il sécrète l’hormone de croissance;
  • il s’inscrit dans sa mémoire ce qu’il a vécu et appris durant la journée;
  • son système nerveux s’organise et se perfectionne;
  • son système immunitaire se renforce.

En outre, dormir diminue les risques d’irritabilité et d’agitation et permet à l’enfant d’être concentré, motivé et ouvert à de nouvelles découvertes et à de nouveaux apprentissages.

Pour bien jouer son rôle, le sommeil doit être suffisant et de bonne qualité. Voici quelques conseils qui faciliteront la transition entre la période d’éveil et de sommeil de votre enfant.

  • Couchez votre enfant à heure fixe, définie en fonction de ses besoins de sommeil et de son âge (de 11 à 12 heures par jour pour un enfant d’âge préscolaire).
  • Mettez en place un rituel qui le prépare à se coucher, avec les mêmes étapes d’un soir à l’autre.
  • Aidez-le à se détendre:
    • pour les plus petits, avoir une «doudou» ou son toutou préféré à ses côtés;
    • prendre un bain;
    • raconter sa journée et verbaliser ses inquiétudes s’il y a lieu;
    • éviter toute source d’excitation et de stimulation (par exemple, proscrire les aliments sucrés et les émissions télévisées non-appropriées à l’âge de l’enfant);
    • lire une histoire avec papa ou maman;
    • dormir toujours au même endroit dans une pièce aérée, calme et rassurante, entouré d’objets familiers. 

Que faire si votre enfant se lève à répétition?

  • Raccompagnez-le jusqu’à son lit en le tenant par la main, en évitant de le porter dans vos bras.
  • Restez ferme; dites-lui qu’il est l’heure de dormir et souhaitez-lui une bonne nuit.
  • Évitez de répondre à de trop nombreuses demandes.
  • Prévenez les demandes et les levers en établissant un rituel (ex : aller aux toilettes, boire un verre d’eau, faire un câlin…) avant d’aller au lit. 

Que faire si votre enfant a peur?

  • Rassurez-le et réconfortez-le s’il fait un cauchemar ou s’il a peur du noir ou des monstres :
    • en lui parlant d’une voix douce et apaisante, en lui caressant les cheveux;
    • en l’invitant rapidement à se rendormir (ce qui implique d’éviter de le prendre dans vos bras et de le sortir de sa chambre).
  • Évitez de dormir avec votre enfant, que ce soit dans son lit ou dans le vôtre.
  • Mettez une veilleuse ou laissez la porte de la chambre entrouverte. 

Que faire si votre enfant fait une crise au coucher?

  • Attendez un certain temps avant de venir le voir dans sa chambre (de 5 à 10 minutes, selon votre niveau de tolérance).
  • Rappelez-lui fermement mais calmement qu’il est l’heure de dormir et sortez de la chambre (à répéter en allongeant à chaque fois le délai de réponse de 5 minutes).
  • Évitez de le prendre dans vos bras et de le sortir de sa chambre.
  • Soyez patient, ferme et calme. Cela aura un effet rassurant sur votre enfant et lui fera comprendre que vous êtes déterminé et que c’est vous qui avez le contrôle, et non lui. Vous êtes un modèle pour l’enfant: il apprend beaucoup en vous observant et en vous imitant. 

Remerciements

Nous remercions mesdames Suzanne Bouvier et Sylviane Chaurand, éducatrices spécialisées au programme des troubles de développement moteurs, ainsi que madame Claudie Charron, psychologue au programme de réadaptation en déficience motrice du point de service du CR Marie Enfant à Laval, pour leur étroite collaboration à la production de cette capsule. 

À propos de cette page
Mise à jour le 9 juin 2015
Créée le 20 janvier 2015
Signaler ou faire une remarque

Donnez pour qu'ils recoivent !

La Fondation Mélio s’est donné comme mission de permettre aux 5 000 enfants suivis au Centre de réadaptation Marie Enfant, ayant une déficience motrice et/ou de langage d’améliorer leur autonomie, en soutenant la recherche en réadaptation et en finançant la création, l’aménagement et le développement des services spécialisés du CRME.

514 723-8950

Nous contacter

514 374-1710

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

Centre de réadaptation Marie Enfant