• English

La dysphasie

Octobre 2010

Mon enfant ne parle pas beaucoup pour son âge et il ne semble pas toujours comprendre ce qu’on lui dit. On me parle de retard de langage, de trouble de langage, de dysphasie. Comment m’y retrouver?

Qu’est-ce qu’un retard du langage ?

Plusieurs enfants âgés de 2 à 5 ans présentent un retard du langage. Il peut être causé par divers facteurs : une stimulation inadéquate, la présence d’otites fréquentes, un problème affectif, un retard de maturation neurologique, etc. Le retard peut affecter la compréhension, le vocabulaire, la structure des phrases, la prononciation ou la manière d’utiliser le langage. Le développement du langage d’un enfant ayant un retard suit généralement les mêmes étapes que celui des autres enfants mais il se fait plus lentement. C’est pourquoi le profil langagier des enfants ayant un retard ressemble souvent à celui des enfants plus jeunes. De façon générale, le retard du langage évolue positivement et l’enfant finit par rattraper le niveau de fonctionnement des enfants de son âge.

Qu’est-ce qu’un trouble du langage ?

On commence à parler de trouble du langage lorsque les difficultés langagières persistent dans le temps malgré la stimulation reçue dans le cadre de thérapies en orthophonie. Ce qu’on observe habituellement, c’est que l’enfant évolue sur le plan langagier avec l’aide reçue mais cette évolution demeure lente et pas suffisante pour que l’enfant soit capable de rattraper le niveau de langage des enfants de son âge.

Qu’est-ce que la dysphasie ?

La dysphasie est l’un des troubles du langage. Il s’agit d’un trouble que l’ont dit « primaire » ce qui signifie que le trouble du langage ne découle d’aucune autre cause telle une déficience intellectuelle, une surdité, un manque de stimulation ou du bilinguisme. Le problème, qui touche environ 25 personnes sur 10 000, est plutôt dû à une dysfonction neurologique au niveau du cerveau dans la zone qui traite le langage.

Depuis 2004, l’Ordre des orthophonistes du Québec recommande à ses membres d’utiliser le terme « trouble primaire de langage » pour désigner la dysphasie. Il est important d’observer l’évolution du langage avant d’en arriver à une telle conclusion. C’est pourquoi, l’enfant âgé de moins de quatre ans chez qui on suspecte de telles difficultés sera considéré à risque de présenter un trouble primaire du langage (dysphasie). On pourra aussi parler d’une hypothèse de trouble primaire de langage (dysphasie).

Il est bon de savoir qu’en plus des termes « dysphasie » et « trouble primaire du langage », différentes appellations peuvent aussi être utilisées. Ainsi, on retrouve dans les écrits les termes : audimutité, dysphasie développementale, trouble spécifique du langage, aphasie congénitale, syndrome dysphasique. Ces termes signifient tous la même chose.

Est-ce qu’il y a différents types de dysphasie?

Il y a trois types de dysphasie :

  1. La dysphasie réceptive : c’est lorsque, en présence de bonnes capacités à entendre les sons, la compréhension du langage est affectée, c’est à dire que l’enfant éprouve de la difficulté à comprendre ce qu’on lui dit, à bien recevoir le message.
  2. La dysphasie expressive : c’est lorsque l’expression du langage est affectée, c’est à dire que l’enfant éprouve de la difficulté à s’exprimer, à trouver les bons mots, à se faire comprendre des autres.
  3. La dysphasie mixte, c’est lorsque les deux volets, soit les volets réceptif et expressif sont touchés. Ainsi l’enfant éprouve de la difficulté à s’exprimer et à comprendre ce qu’on lui dit.

Qui peut aider mon enfant?

Un suivi régulier en orthophonie est nécessaire afin d’aider l’enfant dysphasique à composer avec ses difficultés de langage. Toutefois, l’implication des parents dans le processus de réadaptation est essentielle afin de soutenir l’enfant dans son quotidien.

De plus, il importe de savoir que plusieurs enfants dysphasiques présentent des difficultés associées, c’est à dire qu’ils peuvent également avoir des difficultés de motricité, de comportement, d’attention, etc. C’est pour cette raison que plusieurs autres professionnels tels que l’ergothérapeute, la psychologue, l’éducatrice spécialisée, la travailleuse sociale travaillent également, au besoin, auprès de l’enfant et de sa famille.

Ressources

Remerciements

Nous remercions mesdames Mélanie Laporte, étudiante en orthophonie, Anne Moïse-Richard, orthophoniste, Josée Laganière, psychologue et Geneviève Lauzier, orthophoniste au Programme des troubles de la communication pour leur collaboration à la production de cette capsule.

À propos de cette page
Mise à jour le 9 juin 2015
Créée le 19 janvier 2015
Signaler ou faire une remarque

Donnez pour qu'ils recoivent !

La Fondation Mélio s’est donné comme mission de permettre aux 5 000 enfants suivis au Centre de réadaptation Marie Enfant, ayant une déficience motrice et/ou de langage d’améliorer leur autonomie, en soutenant la recherche en réadaptation et en finançant la création, l’aménagement et le développement des services spécialisés du CRME.

514 723-8950

Nous contacter

514 374-1710

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

Centre de réadaptation Marie Enfant